Le blog d’IPAC

b3lineicon|b3icon-book-open||Book Open

Interprétariat linguistique dans le domaine de la santé : un enjeu toujours d’actualité en 2021

7 Juin 2021 | Traduction médicale

Dans le cadre de l’amélioration de l’accès aux soins de santé, la Haute Autorité de santé a émis, en 2017, un référentiel reprenant les bonnes pratiques dans le domaine de la traduction médicale. Décryptage.

Quel est le cadre juridique qui entoure l’interprétariat dans le domaine de la santé ?

Dans le cadre de la modernisation du système de santé, loi de janvier 2016, la Haute Autorité de santé a reçu pour mission d’élaborer un référentiel sur les compétences, la formation et les bonnes pratiques en matière d’interprétariat dans le domaine de la santé.

Ce référentiel, paru en 2017, exclut volontairement le métier d’interprète en langue des signes car ce cas particulier est régi par un encadrement spécifique décrit dans la circulaire DHOS/E1/2007/163.

Qu’est-ce que l’interprétariat dans le domaine de la santé ?

Selon la Haute Autorité de santé, l’interprétariat dans le domaine de la santé se définit comme suit :

« L’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé désigne la fonction d’interface, assurée par des patients/usagers et des professionnels intervenant dans leur parcours de santé et ne parlant pas une même langue, par des techniques de traduction. »

L’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé garantit, d’une part, aux patients/usagers, les moyens de communication leur permettant de bénéficier d’un égal accès aux droits, à la prévention et aux soins de manière autonome et, d’autre part, aux professionnels, les moyens d’assurer une prise en charge respectueuse du droit à l’information, du consentement libre et éclairé du patient et du secret médical. »

Quels sont ses enjeux ?

Jusqu’à présent, c’était souvent un membre de la famille ou un ami qui faisait office d’interprète médical. Cela posait beaucoup de questions éthiques et augmentait les risques d’erreurs. Les enjeux de l’interprétariat dans le domaine de la santé sont donc doubles. Ils touchent à la fois le patient et le professionnel médical ou social.

À lire aussi : L’importance de la terminologie dans la traduction médicale

Quels sont les enjeux de l’interprétariat médical pour le professionnel de santé ?

Tout comme pour la traduction médicale, l’interprétariat permet à chaque professionnel de la santé, comme un médecin, de mieux communiquer avec son patient. L’interprète professionnel du domaine de la santé lui permet alors de :

  • améliorer la pratique linguistique tout en respectant le secret professionnel et le droit à la confidentialité du patient ;
  • recueillir un consentement éclairé du patient en lui expliquant précisément sa prise en charge thérapeutique ;
  • répondre aux interrogations du patient, quelles qu’elles soient.

Quels sont les enjeux de l’interprétariat médical pour le patient ?

Pour le patient, l’interprétariat professionnel dans le domaine de la santé est tout aussi essentiel. En effet, un interprète médical lui offre plus de possibilités de dialogue avec les professionnels de la santé que les membres de sa famille. Cet interprète spécialisé lui permet notamment de :

  • mieux adhérer à son projet thérapeutique ;
  • mieux communiquer avec l’équipe soignante ;
  • mieux suivre son protocole thérapeutique ;
  • mieux comprendre les modalités de soins.

Quelles sont les parties prenantes ?

L’intervention d’interprètes professionnels dans le domaine de la santé vise principalement les populations exclues des systèmes de soins de santé. On y retrouve les migrants, les mineurs non accompagnés, mais aussi les touristes ou les travailleurs étrangers. Mais cette aide ne s’arrête pas uniquement aux personnes ne parlant pas ou peu la langue du pays. L’interprétariat dans le secteur médical s’adresse également aux personnes précarisées ou aux personnes illettrées pour qui ce n’est pas la langue, mais son utilisation qui pose problème.

Quelles sont les spécificités d’un interprète médical ?

Les spécificités d’un interprète dans le domaine de la santé résultent de sa fonction et de la manière de la pratiquer. Zoom sur ce métier.

Quelles sont les compétences spécifiques de l’interprète médical ?

Pour effectuer correctement sa mission, l’interprète médical doit posséder quatre compétences majeures :

  • respecter un cadre professionnel, pour assurer sa propre protection et celle du patient ;
  • rester fidèle aux intentions du patient et du professionnel dans sa manière de traduire les propos ;
  • pratiquer l’empathie pour comprendre le patient tout en gardant de la distance face aux informations afin d’assurer l’intégrité de l’échange ;
  • être ouvert aux différences culturelles afin d’analyser les possibles tabous culturels exprimés par le patient.

Quand et comment intervient ce professionnel de l’interprétation ?

Un interprète médical intervient généralement dans les moments clés de la prise en charge d’un patient. Cependant, en dehors de ces moments « charnières », il interviendra également :

  • si un patient ne parle pas ou peu la langue ou que des malentendus peuvent exister ;
  • si un praticien ou un patient en fait la demande ;
  • quand une situation médicale est jugée complexe à expliquer.

Pour rester cadrée, cette intervention se fait en quatre temps :

  • avant l’entretien, un échange s’effectue entre l’interprète et le professionnel de la santé ;
  • au début de l’entretien, l’interprète expose son rôle au patient et assure son respect de la confidentialité ;
  • pendant l’entretien, l’interprète se tient en retrait et traduit de manière claire et précise ;
  • à la fin de l’entretien, un échange de type « feedback » s’effectue à nouveau entre l’interprète et le professionnel de la santé.

Quelle formation pour les interprètes médicaux ?

Un interprète médical possède préférentiellement une formation universitaire en interprétariat avec une spécialisation dans le domaine de la santé. Cependant, lorsque le candidat n’est pas diplômé d’une école de traduction, ses niveaux de langue sont testés en amont de la procédure de recrutement.

Par la suite, sa formation est structurée par :

  • le tutorat ;
  • les apports théoriques ;
  • les suivis individuels et collectifs par la structure employeuse ;
  • les groupes d’analyse des pratiques ;
  • les expériences de terrain.

À retenir

-> L’interprétariat médical facilite le travail des prestataires de soins.

-> L’interprétariat médical permet un meilleur accès à la santé pour de nombreuses populations.

-> Le métier d’interprète médical est constitué de base théorique, mais aussi de compétences relationnelles et personnelles.

À l’heure du multiculturalisme, l’interprétariat est plus que jamais un enjeu majeur dans le secteur de la santé. Faire appel à des interprètes médicaux professionnels évite bien des écueils tant le métier peut se révéler complexe.