+33 (0) 1 49 03 00 00 ipac@ipac-traductions.com

Qu’il s’agisse de journaux d’informations médicales et professionnelles, de revues académiques de recherche ou de publications de formation médicale continue, la presse médicale joue un rôle important auprès des lecteurs et des professionnels de la santé. Mais elle doit veiller à suivre certains critères pour proposer un contenu fiable de qualité. Voici les bonnes pratiques à adopter pour augmenter le potentiel de vos publications et revues médicales.

Bonnes pratiques : 3 pistes à suivre pour augmenter le potentiel de vos revues médicales

Avec un environnement en pleine mutation, notamment à cause de la révolution numérique et du Big Data, l’enjeu est de taille et concerne tous les acteurs du monde médical (lecteurs, malades, chercheurs, agences sanitaires, rédactions…).

Pour améliorer la qualité de votre journal ou revue médicale, voici 3 pistes à suivre révélées par l’étude de la Haute Autorité de la Santé (HAS) en 2013..

Même si ces recommandations datent de quelques années, elles sont toujours d’actualité dans le domaine de la presse médicale !

Jouez la carte de la transparence

Pour proposer des publications médicales de qualité, il est indispensable de produire des contenus en toute transparence. Rien ne doit être passé sous silence afin de montrer votre “bonne foi”.

Pour atteindre cet objectif, adoptez de bonnes pratiques :

  • Divulguez de manière systématique les liens d’intérêt de l’ensemble des intervenants pour chaque article selon le sujet abordé. Auteurs, rédacteurs, journalistes, experts interviewés, relecteurs… Cela vaut également pour tous les responsables du processus éditorial : membres du comité de rédaction et scientifique…
  • Affichez le projet et les procédures éditoriales. Il s’agit de rendre public le fonctionnement de la rédaction, c’est-à-dire les modalités de soumissions des articles, les délais de refus ou d’acceptation. Veillez également à éditer une charte éditoriale qui décrit le projet, les objectifs et les valeurs de votre publication.
  • Donnez les sources de financement des études pour chaque article traitant d’un travail de recherche spécifique. Les conditions de financement (par des fondations privées, des firmes commerciales…) peuvent discréditer les informations fournies. En levant le voile sur les financeurs, vous restituez l’intégrité et l’exactitude de l’analyse des données.

Informer vos lecteurs sur les éventuels conflits d’intérêt existants ou non (entre les auteurs notamment et les articles) leur permet d’apprécier correctement le contenu développé.

Grâce à votre volonté de partager toutes ces données avec votre public (particuliers et professionnels), les articles originaux de vos revues gagneront en qualité et en crédibilité.

Revendiquez votre indépendance éditoriale

L’enjeu principal est de garantir une totale liberté éditoriale afin de ne pas jeter le discrédit sur vos publications médicales.

Vous devez donc revendiquer et respecter votre indépendance éditoriale vis-à-vis :

  • Des annonceurs. Il est rare qu’une revue médicale ne comporte pas de publicité. Les recettes générées par ces annonces publicitaires ne doivent en aucun cas influencer vos décisions éditoriales ! Vous devez garder la main mise sur l’ensemble de la chaîne (choix des sujets, des auteurs, etc.). Les lecteurs doivent pouvoir facilement faire la différence entre le contenu éditorial et la publicité. Appliquez cette pratique aussi bien pour des publications print que pour des articles web.
  • Des éditeurs et des propriétaires. Vos articles médicaux doivent être publiés sans que le propriétaire de votre revue ou d’entreprises de presse n’interfère. Vous restez seul décisionnaire en matière de sélection, d’évaluation et d’édition des articles. Seules la qualité et la pertinence des sujets traités doivent être des critères pertinents pour être intégrés dans votre journal.

Bon à savoir : mettez en avant la politique d’indépendance de votre comité de rédaction avec une charte qui revendique votre liberté éditoriale.

En matière de presse médicale, l’indépendance éditoriale est une valeur à respecter et à revendiquer pour garantir à votre lectorat des publications de qualité et augmenter sensiblement votre facteur d’impact.

Le saviez-vous ? Le facteur d’impact (Impact Factor en anglais) correspond au nombre moyen de fois où un article médical a été cité dans les 2 ans après sa publication. Cette donnée chiffrée mesure l’audience d’une revue, et donc son prestige. Les facteurs d’impact de 8000 publications sont répertoriés dans le Journal Citation Reports par Clarivate Analytics (ancien Thomson Reuters).

Adoptez une éthique éditoriale irréprochable

Pour établir une confiance entre les lecteurs et vous, les articles de vos revues médicales doivent impérativement suivre une éthique éditoriale irréprochable.

Dans ce but, respectez:

  • L’expression des courants de pensée. Donnez les moyens à vos lecteurs de soumettre leurs questions, leurs commentaires ou leurs critiques sur les articles. La solution la plus simple est de proposer une rubrique “Courrier des lecteurs” ou “Tribune libre”.
  • Les règles de publication. Par exemple, les auteurs des articles doivent impérativement signer leur texte, et ce afin d’éviter tout auteur “fantôme”. Ajoutez une rubrique “Contributeurs” pour lister tous les auteurs ayant contribué à la revue et valider leur identification.
  • Les codes de conduite du Committee on Publication Ethics (COPE), les chartes d’éthique et les recommandations de l’International Committee of Journal medical editors (ICMJE) donnés pour les revues de recherche et de formation.

Opter pour une éthique éditoriale irréprochable est un bon début, mais ne suffit pas à garantir des contenus de qualité dans vos revues médicales. N’oubliez pas un élément important et souvent négligé : la traduction professionnelle !

Traduction professionnelle : indispensable pour optimiser la qualité de vos publications médicales

Mettre en œuvre de bonnes pratiques en interne pour garantir la qualité de vos publications médicales, c’est bien ! Mais ne négligez pas la traduction !

Vous avez besoin d’une traduction médicale professionnelle pour :

  • Garantir la qualité de vos sources. Dans le domaine médical, elles proviennent souvent d’autres pays (Canada, Royaume-Uni…) que la France. Quel que soit le sujet de l’article (système de santé, sécurité des patients, thérapies de maladies génétiques, soins de santé, progrès de médecine…), vous devez vous assurer que les propos des chercheurs en langue étrangère soient correctement retranscrits. Il en va de la crédibilité de vos revues ! Les professionnels de santé vous font confiance dans la diffusion de l’information. Ne les décevez pas en négligeant de choisir un expert spécialisé en traduction médicale.
  • Toucher efficacement une audience étrangère. Pourquoi vous contenter de diffuser votre revue sur le sol français alors que le monde médical s’étend par-delà les frontières ? Pour devenir un acteur de presse influent sur la scène internationale, proposez une traduction aussi qualitative que le contenu d’origine. Soyez aussi exigeant sur le contenu source que sur le texte traduit ! Et vous deviendrez une référence dans le monde de la presse médicale à l’international.

Misez sur la qualité jusqu’au bout ! Confiez la traduction de vos sources ou des contenus de vos publications à une agence de traduction spécialisée dans le domaine médical .

Elle mettra à votre disposition son équipe d’experts composée de médecins et de pharmaciens :

  • Ils traduisent dans leur langue maternelle avec une connaissance pointue des spécificités linguistiques et culturelles des langues cibles.
  • Ils produisent des contenus fiables et conformes aux sources, car ils maîtrisent la terminologie médicale et les termes techniques. Le langage médical est bien trop complexe et spécifique pour être traduit par un traducteur lambda.

Grâce à ce partenaire de traduction haut de gamme, vous contribuerez à favoriser l’indexation de votre revue française dans la fameuse base de données Medline !

Bon à savoir : Medline est la référence mondiale comme base de données médicales internationales. Elle sélectionne les publications indexées en fonction notamment de la qualité (rédactionnelle, éditoriale…) des contenus et de la disponibilité de résumés en anglais.

Pour augmenter le potentiel de vos publications médicales, vous savez ce qu’il vous reste à faire : optez pour de bonnes pratiques en interne et adoptez la traduction professionnelle. Vous franchirez la porte de la presse internationale. Mais il n’y a pas que dans le monde de la presse que la traduction médicale est un atout à ne pas négliger… Les professionnels de santé (médecins, laboratoires, cliniques) savent combien il est important de communiquer efficacement dans des langues étrangères, notamment pour qui se tiendra à Paris du 19 au 21 mars 2020… Chacun son défi à relever ! participer au Congrès de la Médecine Générale