+33 (0) 1 49 03 00 00 ipac@ipac-traductions.com

La traduction scientifique et traduction de documents scientifiques nécessite d’employer les équivalents exacts dans la langue d’arrivée afin de conserver exactement la nature et la précision du texte source. Des outils de traduction assistée par ordinateur (TAO), à ne pas confondre avec la traduction automatique, peuvent être utilisés par le traducteur professionnel dans l’objectif de renforcer la qualité de son travail : lexique choisi et conservé dans le temps grâce aux mémoires de traduction (cohérence dans le document et inter-documents), optimisation du coût de la traduction, analyse qualité permettant par exemple de s’assurer de l’exacte reprise des données chiffrées présentes dans le texte source…

La traduction scientifique, de quoi s’agit-il ?

La traduction de textes scientifiques renvoie à de nombreux domaines de spécialisation : médical/vétérinaire/pharmaceutique, mathématiques, écologie, physique, chimie, environnement, biologie… Il peut s’agir de traduction de documents techniques, de rapports médicaux, d’articles scientifiques, de communiqués de presse et de documents d’information destinés au grand public, de procédures dans le domaine des affaires réglementaires ou de normalisation, … Mais c’est aussi pour les sites Internet, la traduction des contenus avec la particularité dans certains cas de devoir tenir compte des contraintes de référencement imposés par les moteurs de recherche.
En traduction scientifique, les traducteurs et/ou interprètes sont souvent confrontés à de nombreux schémas, graphiques, tableaux. Il s’agit bien sûr de traduire leurs contenus (souvent de les adapter : unités de mesure ou devises par exemple) et de respecter la mise en page initiale. Une bonne maîtrise des outils PAO (publication assistée par ordinateur) est souvent nécessaire.

Ces traductions techniques sont tout particulièrement synonymes de rigueur, d’analyse et d’exigence. Le traducteur qui se voit confier cette mission, qu’il soit basé dans des grandes villes de France comme Paris, Lyon, ou n’importe où dans le monde, doit justifier de compétences avancées :

  • maîtrise parfaite de la terminologie dans la langue source et la langue cible
  • savoir-faire et fiabilité en matière de recherches dans le domaine concerné
  • maîtrise des techniques de traduction et des outils d’aide à la traduction
  • expertise et expérience dans le domaine scientifique requis et mise à jour régulière de son savoir (veille, formations…),
  • identification et recours aux glossaires ou bases terminologiques spécialisés
  • connaissance des outils PAO…

 

Des prix adaptés aux compétences des traducteurs

La traduction scientifique exige de faire appel à un traducteur spécialisé. Qu’il s’agisse d’une traduction médicale ou d’une autre spécialité scientifique, de la traduction de sites Internet, de la traduction de documents techniques ou encore de la traduction de glossaires, il est nécessaire de recourir aux services de traducteurs-experts.

Il faut noter que la qualité de la traduction de documents scientifiques est cruciale. Qu’elle soit faite vers le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol ou l’arabe,, la traduction scientifique doit respecter les codes internationaux en vigueur dans la communauté scientifique. Par ailleurs, certains documents scientifiques peuvent avoir un retentissement majeur. Une mauvaise traduction ou une traduction approximative pourrait avoir des conséquences non souhaitées : mauvaise image des personnes à la source de l’étude, débats d’idées sans fin, interprétation biaisée des conclusions, voire mise en danger d’utilisateurs lorsqu’il s’agit de manuels techniques ou guides d’utilisation … Imaginez les effets d’une mauvaise traduction du mode d’emploi d’un outil médical très innovant dédié à la communauté de chirurgiens !

Le choix du traducteur et du chef de projet, qui porte sur ses épaules cette responsabilité, a donc toute son importance. Le Prix Pierre-François Caillé de la traduction, décerné chaque année par la Société française des traducteurs (SFT) avec le concours de l’Ecole supérieure d’interprètes et de traducteurs (ESIT), récompense un traducteur en début de carrière dans l’édition. Ce prix a vocation à attirer l’attention du public sur le métier de traducteur. Dans le même esprit, la Fédération internationale des traducteurs (FIT) décerne un prix traduction destiné à promouvoir et valoriser le métier de traducteur scientifique et technique.

 

Une formation continue nécessaire

Le métier de traducteur nécessite une formation continue. La SFT propose à ce titre de nombreuses formations s’adressant aux traducteurs ou interprètes professionnels quelle que soit leur langue de traduction : formations sur la terminologie technique en vigueur, formation scientifique sur les dernières innovations en biologie, zoom sur le vocabulaire médical , etc.

Les tarifs de la traduction scientifique se justifient donc également par cette nécessité pour le traducteur de mettre régulièrement à jour ses connaissances et par la somme des recherches à effectuer en cours de traduction pour s’assurer de la bonne terminologie.

Ce besoin de formation est nécessaire, quelle que soit la langue du traducteur, du français vers l’anglais, le chinois ou bien l’espagnol. Ainsi, les prix élevés en lien avec la traduction scientifique s’expliquent par la qualité des prestations exigées, la nécessité de maîtriser plusieurs langues mais aussi des domaines spécifiques.

Pour vos traductions scientifiques, le plus sage est donc de les confier à un traducteur expert, dont la langue maternelle correspond à la langue d’arrivée désirée, spécialisé dans votre domaine scientifique. Vous l’aurez compris : ces profils sont plus rares et leur travail justifie ainsi un coût plus élevé pour ces prestations. Méfiez-vous donc des traductions à bas prix !

 

Pour aller plus loin :